Body Positive : faire la paix avec son corps et apprendre à l’aimer

La peur du maillot de bain, la phobie des cabines d’essayages, l’angoisse de la photo. Lorsqu’on n’aime pas ses petits défauts, ou du moins qu’on ne les acceptent pas, on peut vite s’empêcher de vivre. Alors aujourd’hui, on fait la paix avec son corps et on essaye de l’apprécier. On dit oui à la body positivité !

Qu’est ce que le body positive ?

Le body positive est un mouvement, né en il y a plus de 20 ans aux Etats-Unis, mais qui a pris une ampleur incroyable il y a 2 ans, via les réseaux sociaux et notamment Instagram. Ce mouvement intelligent prône l’acceptation de son corps, malgré ses “défauts”, qu’ils soient jugés petits ou gros, par la société actuelle.

Car cette société nous a toujours sournoisement imposé tout un tas de diktats : être en chair, être mince, avoir une poitrine généreuse et un bon popotin, un trou entre les cuisses, des cheveux long, des poils, pas de poils, avoir les cheveux longs, des dents blanches, j’en passe et des meilleurs. Aussi, quand on y pense bien, la perception que nous avons de nos petits défauts, ce n’est peut-être que la résultante d’un étouffement social malveillant.

Avec le body positive, le message est simple : aimez votre corps tel qu’il est ! Vos cheveux crépus, vos taches de rousseur, vos rides, vos vergetures, vos cicatrices qui font les histoires d’une vie, votre nez imposant, votre petit ventre, votre cellulite, vos genoux trop saillants… Aimez-les, ils font partie de votre identité.

Pourquoi  faut-il apprendre à aimer son corps ?

En somme, s’accepter telle que l’on est extérieurement c’est important pour être en phase avec ce que l’on est intérieurement. Mais si le body positive c’est bien, il faut faire attention à ne pas se laisser avoir par le matraquage des réseaux sociaux : à force de nous rabâcher à longueur de journée qu’il faudrait absolument aimer son corps, on peut facilement entrer dans un malaise permanent. Et le malaise permanent, cela peut créer des vraies maladies.

Hélas, passer de “je déteste mes orteils” à “je vis en tongs toute l’année” n’est pas chose aisée, c’est sûr. Aussi, on préfère se détacher et enlever la pression que l’on peut avoir face à son physique. Il faut savoir lâcher prise pour apprécier différentes facettes de sa personne !

Alors on opte vite pour l’autobienveillance et on positive en douceur sur nos petits défauts. Je ne dis pas qu’il faut pour autant tenir un discours toujours positif sur soi-même, on partirait vite dans un problème d’égo, mais tout simplement que parfois il faut faire preuve de résilience et prendre soin de soi pour se sentir mieux. Et si l’on en ressent le besoin, on peut alors mettre en place de nouveaux mécanismes pour aller de l’avant ou changer radicalement.

Prendre soin de son corps pour l’apprivoiser

Avant de se réveiller un bon matin en se disant “à partir d’aujourd’hui, j’aime mon corps et je l’accepte” (et si vous y arrivez, chapeau !!), on peut s’aider de petites astuces quotidiennes pour (re)apprendre ou (re)apprivoiser son corps. Personnellement, je suis une grande adepte de l’auto massage, dont je parle beaucoup dans ma méthode TBL. Puis après chaque séance, je me crème le ventre… mais pas que.

Pour s’aimer, il est important de reprendre contact avec sa peau. Alors à l’aide d’une crème, ou d’une huile végétale (c’est une affaire de goût), on prend le temps de se crémer. D’une part, ça permet d’hydrater les tissus et de travailler l’aspect de la peau, mais aussi de prendre conscience de nous-même. Alors on se badigeonne de crème et on se masse les pieds en remontant vers les jambes pour activer la circulation, on se masse les bras et les poignets, on insiste sur la paume et on va jusqu’au bout des doigts  pour soulager ses articulations (surtout si l’on travaille devant un ordinateur toute la journée). On masse son ventre, bien sûr (merci TBL !), mais aussi sa poitrine : ça permet de vérifier qu’il n’y a pas de grosseur particulière !

Et puis – et je sais que ça va vous paraître fou – on parle à son corps, à voix haute, comme si c’était une autre personne. On peut commencer par lui dire qu’on va bien s’occuper de lui, puis faire des commentaires tout au long de notre séance : “Oh tiens, un grain de beauté, je ne l’avais jamais remarqué celui-là”, “j’ai l’impression que tu es plus ferme, cher ventre, merci Joëlle !”. En faisant cela, vous instaurer une intimité avec ce corps que vous chouchoutez, avec VOTRE corps.

Vous l’aurez compris mes Bellie’s, on entre dans une nouvelle ère où personne d’autre que vous-même ne peut vous juger. Alors prenez de la distance avec cette société figée et faites de votre corps (et surtout de votre ventre), votre meilleur allié. C’est le meilleur chemin vers l’épanouissement. C’est en tous les cas le chemin que je vous propose avec TBL. Qu’en pensez-vous ?

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.