Et si on arrêtait le pain blanc, cet ennemi du ventre plat ?

Une baguette par-ci, un pistolet par là, une tartine de ci, un toast de ça… Le pain est tellement commun dans notre alimentation, qu’on oublie trop souvent qu’il n’est pas idéal pour la santé. Aliment passe-partout par excellence, on mange du pain avec tout ce qui nous tombe sous la main. Et pourtant, côté ventre plat, le pain n’est pas notre meilleur allié, loin de là. Voyons ensemble comment gérer sa consommation. 

Le pain, aliment peu recommandé dans la quête au ventre plat 

Une bonne baguette croustillante, fraîchement sortie du fourneau de la boulangère… Difficile de résister, n’est-ce pas ? Les tartines au petit-déjeuner, le sandwich du midi, l’apéro, le guacamole, le fromage, pour accompagner la soupe ou encore pour  saucer les plats : la baguette fait partie intégrante de notre gastronomie et de nos habitudes alimentaires. Avec une consommation moyenne de 120 grammes par jour (44 kilos par an, donc !), les Français en raffolent. Vous n’êtes donc pas seules, sachez-le ! Pourtant, la baguette, ou du moins le pain blanc, en général, n’est pas ce qu’il y a de mieux pour la santé de notre ventre. Pourquoi ?

Le pain blanc est un fléau pour le ventre, car il est réalisé à partir de farine raffinée. Cette dernière, lorsqu’elle est digérée, provoque une augmentation du niveau de glycémie dans l’organisme, du taux d’insuline et favorise le stockage des graisses, surtout au niveau de la ceinture abdominale. Car il ne faut pas oublier que ce type de farine, c’est 85 % d’amidon et donc de sucre ! Bonjour le diabète…

La farine raffinée est aussi pauvre en fibres, ce qui explique les problèmes de digestion, de transit intestinal et de gonflements du ventre. De plus, le pain blanc contient souvent des additifs pour accélérer le processus de fabrication et améliorer la conservation. 

Enfin, le pain blanc est généralement trop riche en sel et de gluten.

Quelques astuces pour limiter sa consommation de pain blanc

Il faudrait bannir le pain de notre alimentation, mais moi-même je n’y arrive pas. Pas question non plus d’en consommer quotidiennement. J’évite d’en acheter, d’une part, puis je joue un peu avec mon alimentation pour contourner. Vous me donnerez vos petites astuces en commentaires !

Molo sur les tartinades 

Le houmous, le guacamole, le caviar d’aubergine et autre tapenade, c’est bien, mais c’est mieux sans pain. C’est pratique pour l’apéro, c’est frais, c’est plutôt sain (quand c’est fait maison) mais on sait bien comment ça se termine : on y va de son bout de pain pour racler le fond du bol. Alors on lève le pied sur tout ce qui se tartine, ça devrait déjà réduire votre consommation de pain. Puis on peut aussi remplacer le pain par des légumes à croquer. Puis si on veut se la jouer chic, on remplit des verrines et on ajoute une petite cuillère ! Allez, on s’offre même quelques gressins !

Le pain complet, mieux que le pain blanc

Quitte à manger du pain, autant le choisir avec attention. C’est-à-dire, jamais blanc. Plus il est foncé, mieux c’est. On partira plutôt sur un pain complet, élaboré avec de la farine complète, bio, de préférence, ou bien des pains réalisés avec d’autre types de céréales, comme le sarrasin, l’avoine, l’épeautre, l’orge ou le seigle. Meilleurs pour la santé, ils possèdent deux fois plus de fibres qu’un pain classique, des nutriments et des minéraux (fer, magnésium, zinc, sélénium, manganèse…) utiles pour l’organisme et ont  un indice glycémique (IG) plus faible que le pain blanc. On peut aussi se procurer du pain Essène au magasin bio, qui est plutôt intéressant côté nutrition et très rassasiant. 

On achète malin

Ou en fait, on en n’achète pas, tout simplement. Evidemment, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais si on n’a pas de pain à la maison, on limite déjà pas mal les dégâts. Autrement, il est également possible de congeler votre pain, lorsqu’il est tranché. C’est pratique puisqu’ on peut prélever juste la quantité nécessaire. Puis ça évite de se ruer à la boulangerie du coin et  acheter un pain familial qu’on se sentira “obligée” de terminer. Pour les plus courageuses, il y a l’option “machine à pain” ! En fabriquant votre propre pain, vous réduirez votre consommation de manière conséquente, encore faut-il l’utiliser, cette fameuse machine…

On prend des notes

Pour savoir si le pain a tendance à vous faire gonfler le ventre, il suffit de faire des tests. Observez votre alimentation et prenez des notes ! Dans un petit carnet, dans votre agenda ou sur une feuille aimantée sur votre porte de frigo, notez vos observations, comme un journal de bord. Décrivez votre consommation et votre ressenti, aussi bien psychologique (plaisir, culpabilité..) que physique (ballonnements, satiété…). En faisant cela, on garde une trace honnête de ce que l’on consomme (terminé, les “oh je n’en mange pas tant que ça”) et psychologiquement, ça nous motive à réduire notre consommation. C’est un exercice malin qu’on peut faire avec le pain, comme avec tout autre aliment. 

J’ai avalé la baguette entière, c’est grave ?

Oui. Mais bon, qui suis-je vous vous juger ? La prochaine fois, si vraiment vous ne pouvez vous en passer, préférez la baguette tradition. De par son appellation, elle ne doit pas contenir d’additifs et oblige donc les boulangers à utiliser des farines de meilleure qualité. 

Pour rattraper le coup, pas de pain pendant les 3 jours qui suivent et vous me ferez 15 mns d’exercices TBL pour muscler votre transverse. Si vous n’êtes pas encore familière avec ma méthode, je vous invite vivement à vous procurer le programme où je vous livre les secrets pour garder un ventre plat et en pleine santé. 

C’est tout pour aujourd’hui, mes Bellie’s ! Je sens qu’il y a en a pas mal qui vont se sentir concernée par cette addiction au pain… Vous êtes grandes consommatrices ? Ou plutôt dégustatrices ? Dîtes-moi tout !

0