Ne vous laissez plus submerger par la charge mentale !

Et ainsi l’été s’acheva. Ou presque. Les vacances sont quasi terminées pour la majorité d’entre nous et notre routine se réinstalle tranquillement. Si tranquillement que ça ? Peut-être pas. Qui dit rentrée, dit aussi son lot de stress annuel. Entre le boulot, l’administratif, les tâches ménagères et les fournitures scolaires, la course peut vite s’affoler. Alors comment faire face à cette charge mentale qui vous pèse ? Comment ne pas se laisser envahir pour arriver déjà sur les rotules, à la mi-septembre ? Je vous dis tout.

Qu’est-ce que la charge mentale ? 

À l’instar du stress et de l’anxiété, la charge mentale est un souci contemporain. Elle concerne plutôt la pression invisible qui réside dans la planification des tâches que dans leur exécution. Et à ce jeu, les hommes et les femmes ne seraient pas tous égaux, loin de là. Encore ancré dans les mœurs d’une société patriarcale, la femme d’aujourd’hui se doit d’être multitâche et de pouvoir gérer une quantité de choses en un temps record. Les statistiques montrent clairement que ce sont bien les femmes qui assument la plus grande part des charges domestiques et familiales. 

Heureusement, les choses s’arrangent peu à peu, mais il semblerait que la charge mentale soit quand même plus frappante chez nous. Car gérer son quotidien, celui de sa famille, de ses enfants, penser à tout, tout le temps, c’est un peu le syndrome de l’épuisement. 

Les femmes, et c’est d’autant plus vrai chez les mères de famille, qui à la moindre faute se voient envahir par la culpabilité de ne pas savoir gérer un planning, prennent souvent la responsabilité de l’organisation et l’exécution de certaines tâches, soit pour gagner du temps soit pour éviter les conflits. On parle d’ailleurs d’une deuxième journée, lorsque la mère de famille rentre du bureau pour commencer son autre job à la maison. Sur le compte Instagram @taspensea, Marie partage des témoignages anonymes de femmes croulant sous la charge mentale. Une manière de plébisciter ce fléau moderne entre humour et vérité. 

En cette période de l’année, c’est encore plus compliqué. La reprise du boulot, la rentrée des classes des enfants, les plannings à organiser, les budgets à gérer, on peut vite se laisser couler. Alors pour ne pas vous étouffer avec vos pensées et la liste incommensurable de choses à faire, apprenez à gérer votre charge mentale.

Comment gérer au mieux sa charge mentale ? 

Commençons déjà par respirer. De grandes inspirations, de grandes expirations. Peu importe que la rentrée arrive à grands pas, il n’y aura pas de gros dommages collatéraux si vous oubliez de photocopier un document ou d’acheter un produit ménager. En s’armant de quelques astuces, on peut vite relativiser et éviter les gros stress et la boule au ventre permanente. Et vous savez, ô combien je ne plaisante pas avec le ventre !  

Faites des listes

Sans virer maniaco, faire des listes peut soulager un peu du stress. En anticipant, on gagne du temps et on a les idées plus claires. Des listes de courses, de tâches à effectuer, de personnes à contacter, d’idée de recettes à tester, de check-up médicaux à faire… On prend une feuille et un crayon et on pose sur papier toutes ses idées. Ça peut être une page dans votre agenda, un post-it sur le bureau, une ardoise sur le frigo ou même une note sur votre téléphone. 

En listant les différentes tâches qui vous incombent, vous les mémoriserez plus facilement et vous dégagerez mieux vos priorités. Et que dire de la satisfaction de pouvoir rayer une ligne sur le papier ? 

Priorisez et supprimez 

Quand on y voit plus très clair dans sa tête, c’est sûrement parce qu’il y a trop d’éléments qui se bousculent en même temps. Et c’est en général là que la charge mentale devient très pesante. Si c’est votre cas, il est grand temps de faire un peu de ménage dans vos idées. Vos listes devraient pouvoir vous aider à prioriser les choses que vous devez achever et surtout à vous délaisser d’autres choses que vous pourrez, en réfléchissant bien, juger finalement inutiles. Avez-vous vraiment besoin de classer vos factures maintenant, de trier votre garde-robe façon Marie Kondo ? Vos invités seront-ils vraiment déçus si vous ne servez pas votre spécialité au dîner alors que vous n’avez pas le temps de cuisiner ? 

Déléguez et impliquez votre entourage

À vouloir tout gérer toute seule (et en tant que maman qui a élevé longtemps ses enfants seule, je sais de quoi je parle), on a tendance à s’infliger plus que l’on ne devrait. Il y a forcément des tâches que vous pouvez relayer à votre partenaire, rentre à votre mère ou à vos enfants. Déléguez auprès d’une tierce personne, c’est diviser la pression que l’on se met à soi-même, ça casse les habitudes et les tenus pour acquis, et puis ça créer une nouvelle dynamique dont vous pourriez bien avoir besoin cette année ! 

Apprendre à dire non 

C’est bête, mais il est parfois difficile de dire non. Alors on dit oui à tout : prêter main forte à un ami, un verre entre collègues, un dîner de famille, une virée un supermarché, garder le chat de la voisine, emmener son fils à une soirée. A force de vouloir être sympa, on aurait tendance à s’oublier. Pourquoi refuser ? Par souci d’honnêteté, déjà, puis pour rester en phase avec soi-même. En assumant parfaitement le fait de dire non, on s’affirme et on se délaisse petit à petit du jugement de l’autre. C’est moins de stress et plus de temps pour nous. 

Lâcher prise 

J’en parle beaucoup ces derniers temps, mais c’est tellement important. Personne n’est parfait et ce n’est pas grave. Alors arrêtons un peu de courir après la perfection et de vouloir renvoyer une image de femme, épouse et mère parfaite. Ça n’a jamais tué personne d’avoir un salon mal rangé ou de réchauffer un plat surgelé. Aussi, il est important que prendre conscience que parfois, il ne sera pas possible de tout gérer et de faire preuve d’indulgence envers soi-même.

On pense TBL

TBL, pour The Belly Lab, c’est un programme qui vise à obtenir ou maintenir un ventre plat et en bonne santé, mais c’est aussi une philosophie de vie. Les exercices de mon programme sont importants, bien sûr, (et à effectuer 15 minutes par jour), mais il faut aussi vous concentrer sur votre bien-être, assumer votre féminité, développer votre sexualité. J’essaye donc, par le biais de mes articles, de partager avec vous mes conseils que j’applique au quotidien pour être heureuse. 

L’article du dimanche est terminé. J’espère que je vous ai donné de quoi bien attaquer votre rentrée si ce n’est pas déjà fait. Et vous, ressentez-vous ce fardeau qu’est la charge mentale ? Pensez-vous que vous gérez trop de choses en même temps, juste parce que “c’est comme ça “? Comment vous gérez cette charge mentale ? J’attends vos précieux retours. A bientôt mes Bellie’s…

0